Monika Woloszyn – Locie 

5 janvier 2012

Les transferts d’humidité dans les bâtiments sont étroitement liés aux transferts de chaleur et d’air. Les codes de simulation thermo-hygro-aérauliques décrivant les équations de conservation de masse et d’énergie permettent ainsi de simuler le comportement dynamique bâtiments. Les codes les plus évolués prennent en compte les transferts couplés de chaleur et de masse dans les matériaux. En effet, les enveloppes des bâtiments sont constituées majoritairement de matériaux poreux, où peuvent avoir lieu d?importants transferts d’eau, sous forme de vapeur et de liquide. 

 Après un rappel des équations de transferts couplés appliquées au bâtiment et un aperçu des outils de simulation disponibles, des exemples d’études à l’échelle du bâtiment et de la paroi seront introduites. Ces études mettent toutes en parallèle des mesures expérimentales en conditions variables, et les simulations numériques. La majorité des résultats numériques a été obtenue utilisant différents codes, dans une démarche type « benchmark ». Les résultats montrent une bonne capacité des modèles à reproduire les tendances et les ordres de grandeur des variations mesurées, sans toutefois obtenir de précision satisfaisante.

Quelques perspectives seront dont abordées à la fin.