Geneviève Foray (MATEIS Lyon)

22 Mars 2013

 

Le protocole de Kyoto impose une forte reduction des consommations energetiques. En France, 65% des logements devront etre renoves au niveau des murs opaques (representant 40% des deperditions). Pour satisfaire ces exigences, des materiaux thermo-structures ont ete developpes. Leurs cahiers des charges materiaux conduisent a une approche multiphysique : (i) un rendu esthetique (ii) des proprietes thermiques (iii) des proprietes mecaniques ; leurs cahiers des charges procedes comportent des alineas sur l’impact sur l’environnement mais la disponibilite et le cout de matieres premieres. Ce sont pour la plupart des materiaux hydrophobes tres poreux (95 a 40%), dont les pore sont de taille nanometrique (3-100nm) pour via la loi de Knudsen reduire la conductivite thermique. Deux etudes de cas sont presentees pour illustrer l’approche systeme constructif des outils de formulation. Le premier cas est le developpement d’une Isolant par l’Exterieur (ITE). Ces materiaux sont auto-renforces par un reseau multiechelle de fibres et formules via un modele couple  rheologie de l’enduit frais /et pull-out sur fibres enchassees. Les proprietes a la rupture sont finementcaracterisees pour qualifier la propagation de la fissuration [1]. Dans un second temps, l’endommagement un situ est evalue via des methodes non destructives (Correlation d’image et mission Acoustique). Cette cartographie de l’endommagement [2] est ensuite utilisee pour alimenter  un modele thermo-hydrique et garantir les proprietes a long terme du systeme isolant en service. Le second cas est le developpement d’un isolant par l’interieur (ITI) et plus particulierement d’un Super isolant a Pression Atmospherique (SIPA). Ces materiaux font l’objet de programme Europeen et Nationaux intensifs pour le developpement de produits commerciaux [3]. Toutefois en amont de ses applications, un verrou scientifique reste mal decrit dans la litterature publiee : la distribution en taille de pores pour des nanoporeux hydrophobes (porosite 85 %). Un couplage de techniques classiques (analyse BET, pycnometrie), classiques revisitees (Porosimetrie Hg non intrusive) et de techniques pointues (tomographie X et MET) est propose pour obtenir une caracterisation de ces nanopores.

 

References :

1. CHALENCON F. Rheologica Acta, vol 49 (2010), p241.

2. ROUCHIER S., et al. Construction and Building Materials, vol. 34 (2012), p 54.

3. MOREL B., et al. CIEC 13 Barcelone, 12-14 Septembre 2012.

4. Pirard R., Powder technology 2002

21 Mars 2013 :