Sébastien Wullens a soutenu sa thèse de doctorat intitulée  » Étude numérique de la ventilation naturelle, mise en œuvre d’un modèle fin dans une simulation de thermique du bâtiment » le vendredi 23 octobre 2015  à 10H00 en salle 107 du bâtiment Lynx.

Résumé :

Le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie au niveau mondial. Pour en réduire l’impact environnemental, l’utilisation de solutions passives pour améliorer le confort est nécessaire. Malgré ce constat, la climatisation est de plus en plus utilisée dans les DROM-COM. Le développement de la ventilation naturelle est incontournable pour inverser cette tendance. Les méthodes multizones, modèles historiques de la simulation thermique du bâtiment, peinent à décrire ce type d’écoulement. Les modèles de mécanique des fluides numériques (MFN) sont prometteurs pour lever ce frein à l’utilisation de la ventilation naturelle.

Ce manuscrit traite de l’adaptation d’un code de résolution directe des équations de Navier-Stokes à la description d’écoulements d’air dans le bâtiment. À cette fin, le développement, l’implémentation et la comparaison de différents types de conditions aux limites en pression sur les ouvertures ont été nécessaires. Ce travail nous a permis d’étudier le comportement d’une chambre soumise à de la convection naturelle et mixte. Pour intégrer ces développements à une simulation de bâtiment, nous avons développé un objet qui appelle le code de MFN sur un serveur de calcul distant depuis un environnement multizone de façon transparente. Le refroidissement partiel des murs d’une cavité soumise à de la convection naturelle a pu être simulé à l’aide de cette méthode

JURY

Etienne WURTZ, 

Benoit DELINCHANT

Michel PONS

Laurent MORA

Alain BASTIDE

Patrice JOUBERT