Zoheir Boukria a soutenu sa thèse le 8 décembre 2009 vers 15h00 au Bourget du Lac, salle 244 du bâtiment Chartreuse.
le titre est : « Caractérisation des impacts sur une galerie « pare-blocs structurellement dissipant » »

 

Résumé

Cette thèse a pour objectif de quantifier l’aléa rocheux de type chute de blocs sur une galerie pare-blocs et ainsi pouvoir intégrer cette structure dans un système de détection et d’alerte de l’activité d’un versant rocheux.
Pour ce type de problème, les méthodes inverses peuvent permettre une caractérisation (identification et localisation) de l’effort subi par la structure. Ces méthodes sont largement utilisées pour des structures de type poutre et plaques sous charges dynamiques inconnues. Pour résoudre ce genre de problème, l’une des approches les plus utilisées est de créer les fonctions de transfert entre des points d’impact et de mesure sur la structure expérimentalement ou numériquement, de mesurer les réponses, et de trouver la force par déconvolution du signal. Il est connu que ce type de problème est « mal posé ». Afin d’obtenir une solution stable ayant un sens physique, il faut généralement avoir recours à la régularisation soit par filtrage du bruit, soit par des méthodes de régularisation classique, telle que celle de Tikhonov.
Le problème de caractérisation des impacts sur une structure devient plus complexe lorsque la localisation du point d’impact est inconnue. Pour résoudre ce problème, on peut utiliser une approche basée sur la minimisation d’une fonctionnelle représentant l’erreur entre les réponses mesurées et estimées en plusieurs points formant un quadrillage sur la structure.
Dans le cas d’une structure en situation réelle avec des conditions aux limites complexes, Il est préférable d’opter pour une approche expérimentale. Une série d’essai sur des structures simples de type poutre et plaque permet de contrôler les paramètres influants sur la qualité de reconstruction de l’effort.
Afin de recréer les caractéristiques de la structure et son comportement, une application de la démarche sur une dalle en béton armée s’avère la plus appropriée. En utilisant les fonctions de transfert obtenues expérimentalement et validée numériquement, la localisation des efforts et l’identification de leurs historiques devient possible.
Cette étude ouvre les perspectives d’étendre l’application des méthodes inverses à la caractérisation des efforts de type souffle générés par une avalanche ou par une explosion.

 

Mots clefs : galerie pare-blocs, force d’impact, identification et localisation, problème inverse, fonction de transfert